Un soir…

… Parfois, on est tellement … tellement seul qu’on espere qu’un inconnu nous appelle.

Heureusement, je peux apprendre à lacer mes chaussures. Ou me branler devant mes vinyles.

Mais le problème de la nuit, c’est qu’elle doit se terminer à un moment donné et le pire est à venir, le lendemain. Véritabe saloperie à laquelle on ne peut pas échapper.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :